Ecole de Shiatsu traditionnel dans le Nord (59)

Stage de Shintaido avec Serge Magne

Quand :
1 janvier 1970 @ 1 h 00 min – 1 h 00 min
1970-01-01T01:00:00+01:00
1970-01-01T01:00:00+01:00
Où :
Salle sport rue d'Iena à Lille
Rue d'Iéna
59000 Lille
France
Coût :
Nous contacter

Ateliers shiatsu et shintaido

Quand : trois séances de 4h les samedis matin : 12 avril ; 17 mai et 14 juin 2014

Comment : alternance d’exercices de shintaido et de séquences de shiatsu pour appliquer en situation les apports du shintaido et réciproquement adapter les exercices de shintaido à la pratique du shiatsu par chacun.

Stage ouvert à tous les élèves de shiatsu nord

Horaires : 9h-12h

Où : salle Debecker, 64 rue d’Iéna à Lille (M° Montebello)

Coût : 5€ la séance

Contenu des ateliers :

L’association du shiatsu et d’un art martial japonais, assez peu connu, comme l’est le shintaido peut paraître surprenante. Mais au-delà de leur origine commune japonaise, de nombreux éléments de convergence existent.

Le point commun essentiel est sans doute la recherche de l’harmonie avec soi, avec l’autre et la connexion terre-ciel qui permet d’unifier le corps, l’esprit et le cœur.

Avant d’aller plus loin dans l’exploration de ces points communs je vous propose une courte présentation du shintaido tel que je le vis et l’enseigne :

Le Shintaido est un art du mouvement et d’expression de la Vie, tel que le définit le créateur du Shintaido Aoki sensei, la recherche du mouvement naturel du corps.

Le Shintaïdo permet à chacun d’exprimer corporellement tout son potentiel dans la joie, la souplesse, la détente et l’harmonie. Il constitue un excellent antidote au stress et aux tensions physiques et morales auxquelles nous sommes exposées dans la vie, car ses effets se prolongent, au-delà du dojo, dans nos façons de gérer le quotidien et de prendre soin de soi.

Fondé sur le respect de soi, de son intégrité physique et morale et de celle du partenaire, les kumité (pratiques à deux) sont l’occasion de développer : une authentique relation humaine ; l’ouverture à soi et à l’autre, à sa différence.

L’absence de compétition dans le Shintaïdo permet à chacun de pratiquer avec le même plaisir selon sa condition physique.

Pour plus d’information visiter le site shintaido France http://www.shintaido-france.fr/SPIP/ ; le documentaire sur le shintaido http://www.shintaido-france.fr/SPIP/Videos.html (durée 1h) ; l’article parue dans la revue bio info relative à ce documentaire http://www.bio-info.com/fre/42/moteur-de-recherche/recherche/cherche?q=shintaido.

Avec Jean-Marc, qui a pratiqué le shintaido, nous avons défini un thème pour chaque atelier au cours desquels nous explorerons les convergences entre ces deux pratiques en alternant des exercices de shintaido et des séquences de shiatsu.

Nous aurons également recours aux métaphores par exemple : on peut considérer la pression de shiatsu comme une coupe ou un tsuki pour : ouvrir et détendre le receveur ; couper au cœur, dans l’axe ; atteindre le centre du receveur en partant de son propre centre.

Les trois ateliers proposés visent à unifier l’ensemble le corps dans la direction du mouvement, de la pression des pouces.

Premier atelier le 12 avril 

Le hara, le centre vital, la véritable force intérieure. Le lieu du calme intérieur, de l’apaisement, du centrage, de  l’ancrage, mais aussi le lieu d’où part le mouvement naturel à la fois doux, puissant et profond : 90% de l’effet sur le partenaire (ou le receveur) vient du koshi (le bassin), 10% des bras ou des pouces. Sans oublier bien sûr le regard qui donne la direction et le souffle, ainsi que la respiration qui ouvre le chemin vers le méridien sur lequel on intervient.

Deuxième atelier le 17 mai :

La verticalité : elle permet la connexion terre-ciel, l’ouverture à soi, à l’autre, à la spiritualité. Elle donne une stabilité, une précision, une direction et une intensité dans la pression des pouces pour atteindre le centre du receveur. Elle assure une présence dans l’ici et maintenant. Elle laisse l’énergie s’écouler de façon fluide sans mettre de force dans les bras ou les pouces. Elle assure une position confortable et sûre pour le praticien : absence de tension, libération du souffle vital. Elle agrandit l’intention sans effort. Objectif : développer une verticalité « souple ».

Troisième atelier le 14 juin :

Le lâcher prise : la détente dans la présence à soi à l’autre, le vide intérieur pour être réceptif vis-à-vis du receveur, percevoir ce dont il a besoin, proposer et non imposer, avoir une intention pour et non une intention sur le partenaire (le receveur du massage), la souplesse physique et mentale pour se laisser guider par le receveur.

En guise de conclusion je vous invite à revoir le sigle de l’association shiatsu nord à l’aune de ces trois thèmes et de la posture du praticien de shiatsu : l’ancrage au niveau du hara et des jambes ; la verticalité du haut du corps, la détente des épaules.

 

Serge Magne

Serge Magne pratique le shintaido depuis 1994 et il l’enseigne depuis 2004. Il a reçu le grade Jun shidoin (2éme dan de shintaido) en 2006 et celui de 2éme dan de bojutsu en 2010. Il est titulaire depuis 2010 du CQP ALS délivré par la fédération EPMM Sports Pour Tous. Par ailleurs il développe des interventions pour intégrer le shintaido dans l’accompagnement de démarches thérapeutiques. Il est également diplômé de amma, massage japonais. Site : http://www.artdelarelation.fr/

Connexion